Des Créations videos...

Des Créations en image (cliquer sur les images pour plus d'infos)

Des Créations en mots...

Des Marathoniens inspirés ! 

"Et pourquoi pas… nous exprimer sur cette Folle Actualité !" 

" La roue et la chute sont libres. Ces exceptions que nous sommes confirment la règle.

Car nombre de choses qui paraissaient impossible, sont maintenant devant nos yeux !

Les repères tiennent en équilibre. Tel des enfants allègres.

L'aigle vise sa cible, et descend du beau ciel bleu ! "

Une création toute en poésie, qui nous vient d'Olivier et Anthony d'Annonay

Des Marathoniennes à la plume et au crayon affutés !

Emma (texte) et Lisa (dessin), 2 sœurs de Livron, nous embarque dans une histoire intitulée "Juste une raison" à découvrir ci-dessous.

 

" Il faisait nuit à présent. Comme à mon habitude j'étais monté sur le toit désert. Seule dans le noir, je fermais les yeux pour apprécier le silence. Je tendais mes deux bras en l'air, appréciant le vent qui caressait mes longs cheveux bruns emmêlés.

Je m'approchais de la barrière du toit pour grimper dessus. C'était le dernier obstacle qui me séparait du vide à présent. Trouvant peu à peu mon équilibre, un pas après l'autre j'avançais sur le rebord fin de celle-ci. Une question me traversait alors l'esprit : et si je tombais ? Et si je mourrais ? Si tout cela s'arrêtait ?

Dans ma tête défilait tous les moments de ma journée. Tout cela valait-il la peine d'avoir vécu un jour de plus? Je cherchais rien qu'une seule petite raison qui m'aiderait à me
rattacher à cette misérable vie. Mes yeux devinrent alors humides. Je retenais mes larmes.

Pourquoi alors devrais-je vivre un jour de plus dans ce monde qui ne m'apportait rien ?

Pourquoi ne pas sauter et en finir maintenant ?

**Parce que tu en es incapable.**

 

Ma voix intérieure me ramena à la réalité.

 

**Parce que tu es trop faible. Parce que tu mérites tout ce qui t'arrive. Tu es beaucoup trop peureuse pour le faire. Plus pathétique que toi ça n'existe pas.**

 

Ma voix intérieure frappa une nouvelle fois.

 

Je sautais pour redescendre sur le sol froid du toît. Cette sensation de maîtrise que me procurait de marcher sur cette rampe de balcon me manquait déjà.

Je fis demi-tour, m'éloignant de tous mes "pourquoi". Je mis la capuche de mon sweat noir sur ma tête, espérant que ça me rendrait invisible. Je descendis les marches d'escalier de
l'immeuble abandonné. Je passais par toutes les petites ruelles désertes que je connaissais par coeur.

Je finis par arriver devant la fenêtre de ma chambre. Je me mis à grimper jusqu'à celle-ci discrètement. En arrivant en haut, je remarquai qu'elle était fermée. Et merde... Il était là... Et il devait donc savoir que je n'y étais pas...

 

Avec dépit et appréhension je redescendais sur la terre ferme pour passer par la porte d'entrée. Dès que j'ouvris cette vieille porte, elle se mit inévitablement à grincer. Mon pouls s'accéléra encore plus. La gorge serrée, mon ouïe décuplée, je priais intérieurement pour qu'il se soit endormi. À ma plus grande horreur j'entendis un grognement sortir de sa
chambre. Le son d'une bouteille qui se brise qui me fit sursauter. Sa voix grave et rauque résonna alors dans tout l'appartement.

 

...: Ce n'est que maintenant que tu rentres ?! Sale traînée !

 

Au ton de sa voix, je savais que je ne pourrais pas y échapper.

 

La porte de sa chambre s'ouvrit. Je fermais les yeux comme si cette scène s'arrêterait si je ne pouvais plus la voir. Pourquoi ne pourrais-je pas y croire ? Pourquoi pas ? Ce n'était pas
de la naïveté. J'avais juste besoin d'espérer une seconde. Juste une.

 

**Pourquoi tu n'as pas sauté ? Pourquoi pas en finir ? Si seulement tu l'avais fait, on en serait pas là. Tu n'es qu'une lâche. Tout est de ta faute.**

 

Ma voix intérieure avait raison j'étais bien trop lâche pour en finir.

 

L'odeur de l'alcool emplit mes narines. Des pas lourds et titubants faisant trembler le plancher s'avançaient dangereusement de moi. Mes yeux n'osaient pas s'ouvrir de peur de voir la réalité en face. J'aurais aimé m'enfuir. Mais mon corps tétanisé me refusait tout mouvement.

 

**Bien fait pour toi.**

 

Pourquoi ça m'arrive à moi ?

**Pourquoi pas ?**"

© 2020 - Créé par l'Union des MJC en Drôme Ardèche

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now